mon experience santé !

Auteur  
# 22/09/2010 à 00:02 Francois
Gros salut à tt le monde.!!En gros depuis que j'ai arrété viande,lait,gluten,soja,je revis, mes problèmes d'artrite ont mystérieusement disparu et tt le reste tant mieux je revis! En tout etat de compte je vous le recommande chaudement ce petit rééquilibrage alimentaire qui m'a vraiment fait beaucoup de bien et assez rapidement en plus!!Que la nature vous porte dans son ensemble!Félicitation pour ce beau site!
[i][/i]
# 22/03/2011 à 17:01 le félin
"L’être humain est du point de vue anatomique complètement différent des carnivores…Des études menées sur l’évolution humaine ont révélé que nos ancêtres étaient végétariens de nature. La constitution du corps humain n’est pas adaptée à la consommation de viande. Ceci fut démontré dans des travaux d’anatomie comparée par le Docteur G. S. Huntingen de l’université de Columbia. Il fit remarquer que les carnivores avaient un intestin grêle et un gros intestin courts. Leur gros intestin a la caractéristique d’être rectiligne et lisse. En revanche, les intestins grêles et gros intestins des animaux végétariens sont longs. Comme la viande est pauvre en fibres et riche en protéines, l’intestin absorbe rapidement les éléments nutritifs. C’est pourquoi les carnivores ont un intestin plus court que les végétariens.Les êtres humains, comme les animaux végétariens, ont à la fois un petit et un gros intestin. La longueur totale de nos intestins est d’environ huit mètres et demis. L’intestin grêle est replié plusieurs fois sur lui-même et ses parois sont convolutés, non pas lisses. Comme ils sont plus longs que ceux des carnivores, la viande que nous ingérons reste plus longtemps dans nos intestins. Par conséquent, cette viande peut se putréfier et produire des toxines. Ces toxines ont été mises en cause dans le cancer du colon et elles fatiguent également le foie qui a justement la fonction de se débarrasser des toxines. Cela peut causer une cirrhose et même le cancer du foie.La viande contient beaucoup de protéine urokinase et d’urée qui surchargent les reins et peuvent endommager leurs fonctions. Il y a quatorze grammes de protéine urokinase dans un steak de cinq cents grammes. Si l’on met des cellules vivantes dans un liquide de cette protéine, leur fonction métabolique se détériore. Par ailleurs, la viande ne contient ni cellulose, ni fibres, et une carence en fibres peut facilement entrainer de la constipation. Tout le monde sait que la constipation peut peut provoquer un cancer du rectum ou des hémorroïdes.Le cholestérol et les graisses saturées que l’on trouve dans la viande provoquent des maladies cardio-vasculaires, cause première de mortalité aux États-Unis.Le cancer est la deuxième principale cause de mortalité. Des expériences montrent que la viande grillée ou rôtie contient une substance chimique (Méthylcholanthrène) fortement cancérigène.
La plupart des gens pensent que la viande est propre, que nous pourrions en manger en toute sécurité, que des inspections sont faites dans toutes les boucheries. On tue, chaque jour, pour la vente, bien trop de bovins, de porcs, de volailles, etc. pour que tous subissent un examen. On peut très difficilement vérifier si un morceau de viande est cancérigène, sans parler de contrôler chaque bête. En général, l’industrie alimentaire se contente de couper la tête qui présente une anomalie ou de couper la pâte atteinte de maladie. Seules les mauvaises parties sont retirées ; le reste est vendu.Le Professeur J.H. Kellogg, végétarien célèbre, dit ” Quand on mange de la nourriture végétarienne, on n’a pas à s’inquiéter de savoir de quel genre de maladie étaient atteints les végétaux. Le repas n’en est que plus gai ! “
Autre source d’inquiétude : des antibiotiques, des drogues telles que stéroïdes et hormones de croissance sont ajoutées à la nourriture des bêtes ou directement injectées dans les animaux. On dit que les personnes qui mangent ces animaux font pénétrer ces drogues dans leur corps. Il est possible que les antibiotiques contenus dans la viande diminuent l’efficacité des antibiotiques destinés à soigner les maladies humaines.
Certains pensent que le régime végétarien n’est pas assez nourrissant. Le Professeur Miller, chirurgien américain établi à Formose depuis quarante ans, a fondé un hôpital dans lequel on ne sert que des repas végétariens, aussi bien aux membres du personnel qu’aux patients. Le professeur Miller dit :” La médecine que nous apporte la science moderne s’est considérablement améliorée, mais elle ne peut soigner que les maladies. L’alimentation, en revanche, peut nous maintenir en bonne santé. ” Il fait remarquer que ” la nourriture végétale représente une source d’alimentation plus directe que la viande. On mange des animaux, mais la base alimentaire des animaux que nous mangeons est d’origine végétale. La plupart des animaux ont une vie courte et ils ont pratiquement les mêmes maladies que l’homme. Il est fort probable que les maladies de l’homme proviennent de la consommation de chair d’animaux malades. Pourquoi les gens ne se nourrissent-ils donc pas directement à partir des végétaux ? ” Le Professeur Miller dit que les céréales, les légumes secs et les légumes verts nous apportent tous les éléments nutritifs dont nous avons besoin pour rester en bonne santé.
La plupart des gens ont idée que les protéines animales sont supérieures aux protéines végétales, considérant les premières comme des protéines complètes et les secondes comme des protéines incomplètes. En vérité, il existe des protéines végétales complètes. De plus, on peut combiner des aliments incomplets en protéines pour créer une alimentation complète.En mars 1988, l’association américaine de diététique déclara : ” Notre point de vue est que les régimes végétariens sont sains et suffisamment nutritifs s’ils sont bien équilibrés. “On croit, souvent à tort, que les mangeurs de viande sont plus forts que les végétariens. Or, d’après une expérience conduite par le Professeur Irving Fisher de l’université de Yale sur 32 végétariens et 15 mangeurs de viande, les végétariens se montrent plus endurants que les mangeurs de viande. Il demanda à ces personnes de tendre les bras le plus longtemps possible. Le résultat est clair : sur les 15 mangeurs de viande, seules 2 personnes restèrent les bras tendus plus de 15 minutes ; par contre, sur les 32 végétariens, 22 réussirent à tenir plus de 15 minutes, dont 15 plus de 30 minutes, 9 plus d’une heure, 4 plus de deux heures et un végétarien garda les bras tendus plus de trois heures.Beaucoup de coureurs de fond suivent un régime végétarien avant les compétitions. Le Docteur Barbara More, thérapeute spécialisée dans le végétarisme, accomplit la performance de courir pendant 180 kilomètres en 27 heures et 30 minutes. Cette femme de 56 ans qui battît les records d’hommes plus jeunes dit : ” Je veux être un exemple pour prouver qu’en suivant un régime complètement végétarien, on bénéficie d’un corps fort, d’un esprit clair et d’une vie plus pure. Une alimentation végétarienne apporte-t-elle assez de protéines ? L’Organisation mondiale de la santé recommande un apport en protéines représentant 4,5 pour cent des calories journalières. Dans le blé, 17 pour cent des calories viennent des protéines, 45 pour cent dans le brocoli et 8 pour cent dans le riz. Avoir une alimentation riche en protéines sans manger de viande est très simple. Par ailleurs, on évite toutes les maladies causées par une alimentation trop riche en graisses (maladies de cœur, cancers… ). Le végétarisme est vraiment un choix supérieur.On a déjà prouvé la relation entre la consommation de viande ou d’aliments d’origine animale riches en graisses saturées et les maladies telles que maladies de cœur, cancer du sein, cancer du colon et crise cardiaque. Un régime végétarien pauvre en graisses a souvent permis d’éviter, voire de guérir des maladies telles que calculs rénaux, cancer de la prostate, diabète, ulcères de l’estomac, calculs biliaires, irritation intestinale, arthrite, gingivite, acné, cancer du pancréas, cancer de l’estomac, hypoglycémie, constipation, diverticulose, hypertension, ostéoporose, cancer des ovaires, hémorroïdes, obésité et asthme. A part la cigarette, il n’est rien de pire pour la santé que le fait de manger de la viande."

# 12/04/2011 à 11:14 Enfin le point sur la vitamine B12.. A lire absolument !
Je l'ai appris il y a quelques temps, à faire passer à l'entourage qui pointe la B12 : Les animaux-emballages Ou comment les 4/5 de la production industrielle de compléments minéraux et vitaminés sont ajoutés à l'alimentation des animaux d'élevage pour que la viande contienne des "nutriments essentiels".Un grief fréquent contre les alimentations végétariennes est la nécessité qu'elles impliquent de prendre un complément de vitamine B12. Ce nutriment, abondant dans la viande, est en effet pratiquement absent des plantes, et une personne végétalienne doit s'assurer un apport régulier par la prise de suppléments ou d'aliments supplémentés (certains jus de fruits, corn flakes...). Cela concerne même les végétariens qui consomment des laitages et des ½ufs, car la B12 n'est présente dans ces produits qu'en quantité limitée.Une carence en B12 peut apparaître après plusieurs années et avoir des conséquences nerveuses irréversibles; même légère elle peut aussi, à la longue, abîmer les artères. Ces faits gênent les végétariens eux-mêmes, qui souvent n'aiment pas l'idée des suppléments. Ils ouvrent la voie aux critiques comme celle du médecin Franck Senninger: «On peut certes suppléer mais est-il raisonnable de faire la promotion d'une alimentation qui ne se suffit pas (1).» Telle est la situation: les végétariens doivent prendre un supplément en B12, directement ou indirectement; les mangeurs de viande, eux, ont une «alimentation qui se suffit», la B12 étant naturellement présente dans la chair des animaux. Telle est la situation? Pas tout à fait, car il y a un détail dont on parle peu.Dans le monde en 2008, ont été produites, dans les usines de quatre firmes différentes (une française - Sanofi-Aventis - et trois chinoises), environ 35 tonnes de vitamine B12 (2). Cette quantité représente environ six fois les besoins nutritionnels de la totalité de l'humanité (3). Mais où va toute cette B12? Dans les comprimés pour végétariens? Ils doivent vraiment en abuser, et être très très nombreux! Eh bien non. En réalité, seule une petite partie de cette production va dans les comprimés. La plus grande part va dans... les aliments pour animaux d'élevage.En effet, la vitamine B12 n'est pas plus produite par les animaux qu'elle ne l'est par les plantes. Elle est d'origine exclusivement bactérienne (4). Dans la nature, les herbivores la trouvent typiquement dans les souillures des aliments qu'ils consomment. Mais dans l'environnement contrôlé et intensif des élevages, cet apport-là est marginal. L'alimentation des poulets et autres «volailles» ainsi que des porcs est donc systématiquement supplémentée en B12 (5). Celle-ci, tout comme la vitamine B12 des comprimés pour végétariens, est produite industriellement par fermentation, généralement à l'aide de bactéries génétiquement modifiées (6).La B12 est une grosse molécule complexe, et les animaux l'absorbent, l'utilisent et la stockent dans leur chair sans la transformer. Les molécules de B12 que les mangeurs de viande prennent «tout naturellement» dans leur «alimentation qui se suffit» n'ont fait que passer par le corps de l'animal. Elles proviennent des usines des quatre fabricants mondiaux, exactement comme celles que prennent les végétariens dans leurs comprimés. En somme: les végétariens prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des comprimés. Les personnes qui mangent de la viande, tout au contraire, prennent de la B12 fabriquée en usine et emballée dans des animaux.Les «volailles» et les porcs représentent, à eux seuls, la plus grande partie de la viande consommée tant en France que dans le monde (hors poissons) (7). La situation est un peu différente en ce qui concerne les ruminants (vaches, b½ufs, moutons...). On leur donne non de la B12, mais un supplément en cobalt. En effet, dans l'estomac des ruminants a lieu une fermentation au cours de laquelle les bactéries produisent de la vitamine B12 - à condition de disposer de cobalt, constituant fondamental de cette molécule.Il en va de même pour les lapins, les chevaux et les poissons d'élevage. Les sels de cobalt utilisés sont toxiques et présentent des risques sanitaires pour ceux qui les manipulent; on les autorise quand même, parce qu'il le faut bien (9).Dans ce cas la production de B12 peut paraître plus naturelle, puisqu'elle a lieu au sein même de l'animal (dans son tube digestif, toujours par des bactéries); mais ce processus est contrôlé, avec fourniture mesurée des éléments chimiques nécessaires, et l'animal ne sert que de réacteur de fermentation, avant de servir, là encore, d'emballage.Le cas de la B12 est particulièrement significatif, car cette vitamine, absente des végétaux, est emblématique du reproche fait au végétarisme - mais pas à l'alimentation carnée - de ne pas être une «alimentation qui se suffit». Le même schéma vaut cependant pour bien d'autres nutriments dont la viande, dit-on, est riche. La viande est riche en fer. D'où vient ce fer? Il est ajouté en supplément à l'alimentation des animaux (10). On vante la richesse des protéines animales en acides aminés essentiels, notamment en lysine et en méthionine. La production de ces deux nutriments à destination des élevages se fait respectivement par fermentation bactérienne et par synthèse chimique; il s'agit d'une activité majeure et en forte expansion de l'industrie biochimique mondiale (11). On pourrait parler aussi du calcium, du zinc, de l'iode, de la vitamine D et ainsi de suite; chaque fois dans l'élevage la supplémentation est de règle. C'est grâce à cela que l'alimentation carnée «se suffit»: grâce à la consommation massive de suppléments emballés dans les chairs d'êtres sentients.Remarquons aussi que cet emballage fuit: car seule une fraction des nutriments ajoutés à l'alimentation des animaux est encore présente dans leur corps au moment de leur mise à mort. C'est bien pour cela, par exemple, que l'industrie produit aujourd'hui six fois plus de B12 que n'en aurait besoin la population humaine de la planète.Les végétariens se supplémentent, les carnivores aussi, sans (vouloir) le savoir. La réticence à prendre des suppléments se fonde souvent sur un désir d'«authenticité». Quel que soit le sens que l'on donne à ce terme, quelle authenticité y a-t-il à cacher ce que l'on fait? Si on doit se supplémenter, qu'on le fasse au moins ouvertement, plutôt que d'appeler au secours les animaux non humains pour dissimuler les suppléments dans leur chair.On peut aimer ou non l'idée de prendre des suppléments, aimer ou non l'industrie chimique, aimer ou non les bactéries génétiquement modifiées. Ces questions sont intéressantes en elles-mêmes. Mais face aux personnes qui reprochent au végétarisme la prise qu'elle implique de suppléments, il n'y a pas à argumenter pour ou contre les suppléments. Il faut s'en tenir aux faits: non, ce ne sont pas les végétariens qui se supplémentent. Ils se supplémentent moins, parce qu'ils le font directement, sans gaspillages intermédiaires. Ce sont les personnes qui mangent les animaux qui se supplémentent; c'est d'abord pour elles que tournent les usines à B12, à acides aminés, à sels de cobalt, de fer, de zinc, de cuivre... Si l'argument «suppléments» a une portée, c'est en faveur du refus de manger les animaux (12).A bon entendeur..
# 20/06/2011 à 15:15 evolution (site web)
Le végétarisme..; sujet qui me tient beaucoup à cœur, et qui n'est pas
seulement une question de la survie des animaux, mais aussi,
indispensable pour la survie de notre propre espèce...
Après toutes ces années d'absentéisme de la viande dans mon assiette,
il m'arrive de me demander pourquoi j'en mangeais avant?
Je me rappelle bien du goût, que j'adorais. Je me rappelle de la
texture, que je trouvais délicate et succulente.
Donc pourquoi cela ne me manque pas alors?
Parce que après toutes ces années ma santé n'a jamais été meilleure,
ni ma conscience aussi tranquille...
Je mange équilibré, bien plus que quand je mangeais la chair animale.
Je prends un réel plaisir à manger aussi sainement, et à ne pas
ingurgiter de la souffrance animale à chaque bouchée.
Car, chose que vous ne savez peut-être pas...les animaux connaissent
bel et bien la souffrance, malgré tout ce qu'on essaie de nous faire
croire dans les médias (logique, ils collaborent avec ceux qui gagnent
leur pain en tuant des animaux pour nous!)
Il suffit d'observer votre chien...il remue sa queue quand il est
content...donc, s' il peut être content, c'est qu'il connait les
émotions. Il peut bouder quand on le gronde pour une bêtise...il est
fidèle, même si vous lui tapez dessus.
Un chien, c'est un animal.
Une vache est un animal...
La vache aime son petit et en prend grand soin quand il est né .La
vache aime vivre en groupe et contempler l'herbe.
Elle a des émotions, et donc qui dit émotion, dit aussi peur...;
Et elle a peur...quand on la met dans un camion, avec des centaines
d'autres copines.
Elle a peur, quand on pend ses copines par la patte arrière et qu'elle
les voit se faire trancher la gorge.
Et cette peur...s’imprègne dans sa chair...la même chair qui le soir
venu, se trouve dans votre assiette, et que vous mangez.
Non seulement la souffrance animale est une honte, mais en plus nous
n'en avons pas besoin...savez-vous combien d'eau il faut, pour
produire un bifteck?
Et combien nous polluons la terre avec ces élevages?

# 27/07/2011 à 22:25 Victor
Ridicule de dire que la viande et le poisson sont nécessaires à la santé! C est absolument faux et je sais de quoi je parle J'ai 72 ans, je n'ai jamais mangé d'animaux de toute ma vie et je m'en porte très bien aucun problème complètement en paix avec ma conscience et mes actes !.Mon entourage m'a toujours suivi, il suffit de leur expliqué les choses.On entend que des conneries autour de soi diligentées par les mêmes grands groupes "bien intentionnés à notre égard soyons en sur...!" Autant croire au pere noel!!Reflechissons enfin par nous memes..Quand on aime vraiment nos bêtes, on les tue pas ca saute aux yeux!! On en est plus là quand même admettons le!!
# 09/09/2011 à 00:04 Vive les laits végétaux à la place du lait de vache ! !
Vive à la place Les autres laits vegetaux très riches bons pour tous !!!

Dans le domaine des industries alimentaires, l’appellation `lait` est réservée au produit élaboré par les glandes mammaires des femelles de mammifères après la naissance de leur petit. Dans nos supermarchés, nous retrouvons principalement des laits de vache et de chèvre. Qu’en est-il du lait de soya, de riz ou d’amande ? Officiellement ce sont des boissons ou des filtrats de céréales ou de noix.

Quelle que soit l’appellation qui leur est allouée, les laits végétaux occupent désormais une place privilégiée dans les rayons des supermarchés. Quel lait choisir ? Du lait de vache ou de lait de chèvre ? Cru, pasteurisé, stérilisé ou en poudre ? Du lait de soya, de céréales ou d’oléagineux ?

Le lait maternel est notre premier aliment. Il apporte au nourrisson les substances nécessaires à sa croissance et au développement de son système immunitaire. Sa composition est adaptée aux besoins spécifiques de l’humain. Comparé au lait de vache, le lait maternel se distingue par sa richesse en sucre (lactose et oligosaccharides) qui joue un rôle déterminant dans la formation du cerveau du bébé et contribue à l’équilibre de sa flore intestinale. Par contre, le lait de vache contient 3 fois plus de protéines et 3 à 4 fois plus de minéraux. Cette composition permet au jeune veau de doubler son poids en 47 jours (180 jours pour un bébé) et de fortifier rapidement son ossature. À chaque mammifère son lait ! L’homme est le seul mammifère qui nourrit ses petits de lait provenant d’une autre espèce. Il est également le seul mammifère à consommer du lait jusqu’à l’âge adulte.

La consommation de lait de vache est à l’origine de nombreux malaises chez les nourrissons, les enfants et les adultes : diarrhée, coliques, ballonnement, eczéma, production de mucus, éruptions cutanées, infections ORL, etc. Le lait de vache cru n’est à l’origine pas adapté aux besoins de l’humain. Les traitements thermiques (pasteurisation ou stérilisation) utilisés pour sa conservation modifient sa composition physico-chimique initiale et le rendent encore plus indigeste. L’information nutritionnelle affichée par les emballages indique la présence de protéines, glucides, lipides, vitamines et minéraux mais omet de mentionner les traces d’antibiotiques et d’hormones qui se retrouvent inévitablement dans votre verre de lait en raison des conditions d’élevages des vaches laitières. Et le lait de chèvre ? Il est adapté aux besoins du chevreau comme le lait de lapin l’est aux lapereaux !

Comment combler nos besoins en calcium sans nos deux verres de lait par jour ? Il est vrai que le lait de vache est riche en calcium (120 mg de calcium dans 100 g de lait). Les graines sésames, les amandes, les céréales, les légumineuses, les algues, le poisson, les légumes sont également d’excellentes sources de calcium. Il n’est absolument pas difficile d’incorporer du calcium dans notre alimentation. Le défi est en réalité de l’assimiler. La présence de vitamine D, de magnésium et de phosphore est nécessaire à son absorption. De plus, il a été démontré qu’une consommation excessive de protéines animales entraînait une élimination rénale du calcium. D’une manière générale, un métabolisme acide favorise la déminéralisation et par conséquent les risques d’ostéoporose. La solidité de nos os est reliée, non seulement à notre apport en calcium mais aussi à l’ensemble de nos habitudes alimentaires et à notre mode de vie (activités physiques, plein air, relaxation, etc.).

Les laits végétaux sont souvent présentés comme une alternative au lait de vache. Mais pourquoi chercher une alternative au lait de vache ? Les boissons végétales sont des aliments à part entière, distinct du lait, constitués de soya, de céréales (riz, avoine, quinoa, etc.) ou d’oléagineux (amandes, sésame, noisette, etc.). Le lait de soya, sans aucun doute le plus connu des laits végétaux, est préparé à partir de fèves de soya mélangées à de l’eau. La fève de soya crue, très indigeste, doit être trempée pendant une durée minimale de 10 heures avant d’être transformée en purée qui servira de base à la préparation du lait de soya. Les protéines (3.6 g pour 100g de produit) de ce filtrat, également appelé Tonyu, contiennent les 8 acides aminés essentiels à notre métabolisme. Mais le lait de soya est pauvre en méthionine (un des acides aminés essentiels), il ne peut donc être consommé comme source de protéine complète. Les lipides du lait de soya sont principalement composés d’acides gras insaturés avec une teneur élevée en lécithine qui contribue à l’équilibre du système nerveux. Le Tonyu est également appréciée pour sa teneur élevée en fer et en magnésium. Depuis la découverte récente de phytoestrogènes ou d’isoflavones dans la fève de soya, le Tonyu est désormais perçu comme un aliment thérapeutique. Il est vrai que les isoflavones permettent de réduire les bouffées de chaleur chez les femmes en ménopause, favorisent la diminution du mauvais cholestérol et fortifient nos os. Mais le soya n’est pas l’unique source de phytoestrogènes ! Non seulement, les graines de lin, les céréales, les fruits et les légumes en contiennent mais en plus ce sont des aliments qui sont plus digestes que le lait de soya. En cas d'hypothyroïdie, évitez la consommation de soya qui contient de la goitrine, une enzyme qui inhibe l’absorption de l’iode au niveau de la thyroïde. La consommation excessive de soya provoque chez certaines personnes des ballonnements et des gaz. Les galactosides présents naturellement dans la fève de soya fermentent dans l’intestin surtout lorsqu’ils sont combinés au sucre naturel ajouté dans les boissons commerciales (sucre de canne, malt d'orge, sirop de riz ou miel). Si vous aimez le lait de soya, prenez le temps de lire les étiquettes. Sachant qu’au Canada, 25% des cultures de soya sont génétiquement modifiées, achetez seulement les produits préparés à base de fèves de soya biologiques idéalement sans sucre ajouté. Le lait de soya peut être mélangé aux céréales ou l’incorporé à vos recettes (crêpes, clafoutis, flan, boisson-repas, etc.)…la modération est toutefois de mise !

Si le lait de soya est le plus connu des lait végétaux, c’est à mon sens le moins intéressant d’un point de vue nutritionnel. Les laits de céréales et d’oléagineux sont faciles à digérer et contiennent des éléments précieux pour notre santé et notre vitalité. Le quinoa est cultivé à plus de 3000 mètres d’altitude dans les montagnes des Andes. Son lait, riche en protéines, en sucres lents et en minéraux peut remplacer les céréales le matin. Le lait d’avoine, est une boisson qui réchauffe le métabolisme et qui constitue une bonne source de protéines et d’hydrates de carbone. Elle est donc adaptée donc aux temps froids et aux efforts intenses. Le lait de riz, très digeste, est particulièrement indiqué pour les personnes intolérantes au gluten et pour les intestins fragiles. Riche en sucre lent, il est l’allié des sportifs. Le lait d’amande, se distingue par sa richesse en calcium, phosphore, fer et potassium. Aliment alcalinisant par excellence, il est particulièrement indiqué en cas de troubles intestinaux, digestifs et cutanés. Sa saveur est irrésistible ! Les bébés et les enfants l’adorent. Pour aiguiser votre mémoire, renforcer vos os et minéraliser votre corps, optez pour le lait de sésame riche en minéraux (notamment du calcium), en lécithine et en acides aminés essentiels. Le lait de châtaigne contient des sucres qui enrichissent la flore intestinale et des tanins qui favorisent la circulation sanguine.

Parmi les boissons végétales, les laits de soya, de riz, d’amandes, d’avoine, de quinoa et de sésame sont les plus courants. Mais vous pouvez consommez du lait d’orge et du lait de noisette. Vous trouverez sur le marché différentes variétés et saveurs de laits végétaux. Choisissez, des produits biologiques contenant peu ou pas de sucre ajouté. Chaque lait végétal est unique ! Pour une alimentation vivante, équilibrée, riche en vitamines, en minéraux et en enzymes, optez pour la variété. Sachez qu’en associant un lait de céréale et un lait d’oléagineux, vous obtenez les acides aminés essentiels à la synthèse des protéines de notre métabolisme. Les laits végétaux peuvent être consommés nature, mélangés à des fruits ou incorporez à vos recettes. Des exemples ? Mélangez 250 ml de lait d’amande ou de sésame, 125 ml de fraise et 125 ml de mangue ou encore 125 ml de lait d’amande, 125 ml de lait de riz, une banane biologique mûre et quelques gouttes de vanille naturelle. Un pur délice !
# 23/05/2012 à 12:09 reality
Un certain livre de Claire Severac paru en 2010 dénonce un vrai scandale de notre système de santé actuel. Le récent scandale du Médiator n'est en fait que la partie émergée de l'iceberg. Avant d'être lancés sur le marché, pesticides, additifs alimentaires, médicaments et vaccins sont normalement contrôlés par des autorités sanitaires compétentes. Un des gros problèmes est que bien souvent, ces autorités (OMS, FDA, EFSA, UE, AFSAPPS, Ordre des médecins, EMEA (financée à 70% par les industriels) ...) sont noyautées par des "experts" au service d'intêrets particuliers, et qui ne déclarent pas leurs intêrets. Les conflits d'intêrets sont donc fréquents. De plus, ce sont les industriels qui envoient les données aux agences de contrôle. Par exemple, nous avons le cas de l'aspartame qui a été légalisée par Donald Rumsfeld, président de Searle et qui a alors été nommé chez la FDA, alors qu'elle fut bien avant interdite. Parfois, les risques sont minimisés. Parfois, les données sont tout simplement truquées.
Les médias censurent quasi-systématiquement les scandales sanitaires parce qu'ils détiennent des budgets publicitaires, ou bien des sont financés par des actionnaires ayant des intêrets croisés entre laboratoires pharmaceutiques et chaînes de télé.
Pendant qu'on culpabilise le citoyen ordinaire pour le réchauffement de la planète, alors qu'il n'est pas le principal responsable, on ne tape pas sur les principaux pollueurs : les industriels (pour le PCB, le chlore, l'aluminium neurotoxique, ...)
D'un coté, on nous parle du cannabis qui tue 260 personnes par an sur les routes, et des chiffres de l'insécurité routière qui s'élèvent à 3000 victimes par an.
Mais on ne nous parle pas des 35 000 décès annuels à cause de l'excès de sel dans l'alimentation en France.
On ne nous parle pas non plus des 4090 nouveaux cas par an rien qu'en France de tumeurs cérébrales (Parkinson, ...) à cause de l'aspartame. L'aspartame cause en effet des trous dans le cerveau des rats, selon de nombreuses études indépendantes. Il circule toujours autant dans l'Union Européenne.
On ne parle pas non plus des effets secondaires médicamenteux, qui tuent chaque année 13000 personnes, provoquent 140 000 hospitalisations, et coutent 320 millions d'euros alors que 80% des médicaments prescrits n'ont aucun effet thérapeutique. Les centenaires de notre époque sont les derniers à ne pas avoir surconsommé d'additifs ou de médicaments.
On ne nous dit pas non plus que sur les 250 000 nouveaux cas de cancers en France, 212500 sont dus à notre environnement et à la pollution industrielle, le reste seulement aux facteurs génétiques. 1 enfant sur 440 aura un cancer avant 15 ans. La moitié avant l'age de 5 ans. La chimiothérapie ne soigne que 2,6% des cancéreux qui peuvent espérer vivre 5 ans après le début de leur cancer. Pourtant, les industriels n'indemnisent pas encore les malades.
La DJA
La DJA est la dose journalière admise d'additifs, de pesticides, d'herbicides, ... que les autorités sanitaires recommandent de ne pas dépasser, au-delà de laquelle les risques de développer une maladie s'éleveraient. Tout d'abord, il convient de faire respecter cette DJA qui n'est pas toujours respectée dans l'Union Européenne.
De plus, il faut savoir que l'EFSA se base sur des études réalisées par les industriels qui vendent le produit pour fixer la DJA. Et ces études contredisent tout le temps les études indépendantes. L'EFSA n'écoute jamais les indépendants. On a par exemple prouvé que l'aspartame est très dangereuse même à des quantités inférieures à la DJA. Les pesticides sont cancérigènes même à des doses 2500 fois inférieures à la DJA.
De plus, la DJA ne prend absolument pas en compte la réunion de plusieurs pesticides,même en petite quantité, qui est susceptible elle de provoquer d'autres réactions dangereuses. C'est ce qu'on appelle l'effet cocktail. Des études sur l'effet cocktail sont menées par Gilles-Eric Seralini.
L'affaire du PCB
Le PCB est un polluant persistant. Il est éliminé très difficilement par les organismes. Monsanto connaissait sa toxicité depuis 1937. Il ne fut interdit qu'en 1977 aux USA et qu'en 1987 en France. Le Rhône, l'Artois et la Seine sont encore contaminés aujourd'hui. Les PCB se fixent dans la graisse des poissons. D'après des études, les hommes infectés ont subi une féminisation, ainsi qu'une baisse de la taille du pénis. Même les ours blancs ont été contaminés. Pourtant, les Pouvoirs Publics ont longtemps nié la toxicité des PCB. En 2004, la revue Science du 9 janvier 2004 recommandait de ne pas manger du saumon plus d'une fois par mois.
L'affaire du pyralène
Le pyralène est hautement cancérigène. En outre, il affecte le développement cérébral et sexuel. Là encore, Monsanto a caché les risques pendant des années.
La dyoxine
L'institut de veille Sanitaire a établi un faux rapport en 2006 concernant les habitants de Gilly-Sur-Isère qui développaient beaucoup de cancers à cause de l'infection aux dyoxines du Rhône. C'est un rapport de l'INRA qui signalera les faits. La dyoxine TCDD est également la cause de la maladie du chloracné, scandale qui encore une fois fut étouffé par Monsanto. 95% de la dyoxine que nous ingérons provient des produits laitiers, de la viande bovine. Les femmes les transmettent à leurs enfants par le lait maternel.
Le RoundUp
Le RoundUp est d'après des études indépendantes extrêmement dangereux. C'est paru dans "Chemical research in toxicoloy" .Pourtant, à l'AFSSA, Thierry Mercier répond qu'il doit rester sur le marché. Le problème, c'est qu'on ne peut pas croire l'AFSSA qui est financée à 93% des industriels et à 7% par l'Etat. L'EPA est au courant depuis 1966 mais elle étouffe l'affaire.
Le Glyphosate
Pour le cas du Glyphosate, les autorités ont bien reconnu sa toxicité. D'ailleurs, en 2007, Monsanto et Scotts France ont été condamnées pour publicité mensongère. Mais ils n'ont reçu que 15 000 euros d'amende et ils continuent à pouvoir vendre le glyphosate.
Le Bisphénol A
Le national toxicology program du ministère de la santé américain reconnait la toxicité du bisphénol A. Ils sont pourtant toujours autorisés en France. Et le FDA l'a classé sans danger !!! Cherchez l'erreur !
Les OGM
Cultiver des OGM est interdit en France. Il n'est pourtant pas interdit d'en importer. Les OGM sont refusés par 70% des français. Mais, les vaches sont nourries avec du soja OGM. En 2001, du soja traité pour soigner la diarrhée des cochons s'est retrouvé dans la chaîne alimentaire. En 2006, le riz vendu en France en provenance des USA est contaminé avec le LL601 et le LL62 produits par Bayer. Les OGM peuvent polluer les cultures BIO à 3km. Comment ont-ils pu être légalisés aux USA ? Christian Vélot a affirmé qu'il est très dangereux de répandre des OGM sur Terre.
Les rapports du CRIIGEN (Doull) favorables aux OGM ont été financés par Monsanto. Arpad Pustzai (GB), Richard Burroughs ont été virés de la FDA pour avoir critiqué les OGM. Des rats nourris aux pdt OGM développaient des testicules plus petits, un cerveau et un foie plus petits. Les OGM sont pourtant autorisés dans sept pays européens, pour un total de 107 000 hectares.
L'aspartame
L'aspartame fut développé par Searle. Il sera très vite interdit. Ce sera un incroyable mensonge qui permettra de le faire légaliser. Michaël Taylor, travaillant alors chez Monsanto se retrouve vite à la FDA où il balayera toutes les études réalisées sur l'aspartame, pour la légaliser. 80 études sur 93 prouvent que l'aspartame provoque dépressions, troubles de l'humeur, maladies de Parkinson, ...
Au delà de 30°C (ce qui s'atteint facilement en été), l'aspartame se transforme en poisons pour le cerveau : cécité, tumeurs, ...
L'aluminium
L'aluminium est neuro-toxique dès 60 microgrammes par litre de sang. Il est présent non seulement dans l'eau pour la nettoyer (sous formes de sels d'aluminium) mais également dans les cosmétiques, dans la nourriture industrielle sous forme d'agent blanchissant. Il passe dans les aliments quand ceux-ci sont acides et sont enveloppés par de l'aluminium.
Il provoque les dépressions, la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, et de nombreux troubles cérébraux.
L'affaire des hormones de croissance
Jean Claude Job, président de France Hypophyse est coupable. Il faisait prélever des hormones de croissance à partir de malades de Creutzfeld Jacob.
Les condamnations sont tardives, alors que des professeurs avaient déjà tiré la sonnette d'alarme dès 1974 (revue Nature, Montagnier, ...). L'Institut Pasteur ne réagira pas.
Les laboratoires pharmaceutiques
Les laboratoires pharmaceutiques recherchent en priorité le gain plutôt que de soigner des maladies. Cette affirmation est de plus en plus étayée par des scandales sanitaires. Les essais sont baclés. Les médicaments qui rapportent moins d'un milliard de dollars ne sont pas fabriqués. Des dizaines de principes efficaces dorment dans les tiroirs des laboratoires. Roger Lenglet affirme avoir été sommé par le premier Ministre de ne pas enquêter sur les laboratoires, car ils représentent "une montagne d'argent". Ils représentent 2000 milliards en Bourse. Ils font un Chiffre d'Affaires de 400 milliards de dollars par an, soit le double du budget de la France.
La corruption est fréquente. Philippe Even affirme que très peu de médecins sont au courant. Ils réussissent à faire remporter le prix Galien à des médicaments qui sont pourtant sous surveillance. Même le "Vidal" est contrôlé par les laboratoires ! Les labos gagnent énormément mais n'indemnisent que très peu, quand ils sont condamnés. Parce qu'il arrive qu'ils aient accès à l'immunité, par le ministère de la Santé. Ce qui s'est passé pour la grippe A. Le vaccin de la grippe A contenait un dangereux poison : le squalène. Il s'attaque au système nerveux.
Les médias
La plupart des médias n'osent pas dénoncer le scandale, car ils sont contrôlés, soit par les budgets publicitaires, soit par les actionnaires.
Carlyle group possède 1 milliard de dollars d'actions dans le Figaro, mais possède également des actions importantes dans "Vivendi Universal Publishing", "Le quotidien du médecin", "Le Vidal", "La France Agricole" et les Editions Masson.
Ogilvy Healthcare relève que 72% des articles sont pro-laboratoires dans les médias.
Les agences de presse comme Associated Press ou International News Service sont corrompues.
Ils relaient les communiqués de presse sans enquêter, comme des perroquets.
Le commerce des médicaments
On compte qu'une trithérapie en génériques coute 400 dollars par an, mais actuellement, elle coute 20 000 à 30 000 dollars par an.
Le DSM-4 a été rédigé par des industriels. Donald Klein a inscrit la maladie "d'attaques de panique" pour faire la promotion du Xanax pour Upjohn.
Joseph Biederman invente le trouble bipolaire chez les enfants. Les ventes de Seroquel, Zyprexa, et de Rispédone chez les enfants explosent. Biederman a reçu 1,5 millions des labos. Breggin affirme que l'hyperactivité est une maladie inventée. Il a écrit le livre "Nos enfants, cobayes de la psychiatrie".
Kay Carlson dénonce : "L'industrie et les psychiatres sont des frères siamois unis par le portefeuille". Doris Rapp. : "Ces psychiatres ne sont que des trafiquants de drogue".
Aux USA, on a "diagnostiqué" dans les écoles des enfants comme "bipolaires". On les a emmené de force dans un asile pour les bourrer de psychotropes. Ils en sont ressortis dans des états lamentables.
Monique Debruche, psychiatre à la Free Clinic de Bruxelles, membre du Groupe de Recherche et d'Action pour la santé parle d'auteurs fantomes et d'études randomisées.
Jörg Blech dénonce l'acharnement thérapeutique sur les individus sains. On cherche en effet à prescrire des médicaments sur des gens en bonne santé.
Souvent, les médicaments changent tout simplement de nom, car les labos n'inventent pas beaucoup. Cymbalta, un .antidépresseur, a été rebaptisé le Yentrène pour l'incontinence urinaire ! Le Welbutrim a été rebaptisé le Zyban pour arrêter de fumer ! John Kastelein affirme : "Vytorin n'a aucun effet".
Même la HAS reconnait le surdosage de psychotropes. Cela se déroule souvent, cela s'appelle le condition branding, on renomme un médicament
# 25/06/2012 à 15:18 brigitte
Moins on en bouffera mieux on se portera ! Je vous donne mon avis sur la question. Figurez vous que depuis des lustres on a fait croire à l'homme depuis toujours qu'il doit manger pour vivre. Et en particulier qu'il doit manger de la viande parce qu'il est soit disant carnivore, mais il peut encore manger bien d'autres choses parce qu'il est omnivore. Comme les cochons... comme les porcs.

L'homme est idiot, il croit tout ce qu'on lui dit et il en fait une norme si la masse décide que c'est la vérité. L'homme est manipulé comme vous le savez, il est un terrain d'expérimentation pour le système.
Puisqu'on lui a toujours fait croire que sa nature est de manger de tout, c'est la raison pour laquelle maintenant il bouffe de la merde.
Et l'humain se régale en bouffant de la merde, c'est son lot quotidien. Il bouffe, il pète puis il chie... Regardez-le manger...

A propos de la nourriture, bien sur on peut manger de la viande, bien sur on peut manger des végétaux, on peut manger des fruits. Mais quels fruits ? quelle viande ? quels végétaux ?

Et bien sur on doit boire pour vivre, mais quelle eau, quel jus de fruit, quel alcool ?

Ce qui est important dans la nourriture c'est l'énergie qu'elle contient. Et ça l'homme n'est pas au courant que c'est l'énergie que ça nourriture contient qui le fait vivre. S'il mange une nourriture sans énergie il tombe malade puis il meurt. On appelle ça le cancer, la maladie d'Alzheimer entre autres...

Parce que dans la vie sur terre, c'est à dire dans l'incarnation de l'être dans la matière c'est l'énergie qui nous tient en vie. Vous savez cette fameuse énergie vitale qui circule dans notre corps à travers nos 7 chakras...

Il y a plusieurs manière d'absorber l'énergie: La plus commune, la plus connue, c'est par la nourriture, la moins connue c'est en ayant tous ses canaux énergétiques ouverts et en se nourrissant de PRANA.

Les gens qui méditent souvent, qui ont leurs canaux ouverts mangent peu et sont équilibrés.
L'énergie qu'ils absorbent réduit leur appétit, réduit leur besoin de viande, réduit ce besoin qu'ont les humains d'avaler de la matière organique pour vivre.
Oui oui c'est comme ça c'est bien connu, mais le système fait tout pour que l'info ne passe surtout pas... ce n'est pas dans l'intérêt du système que les humains changent ces habitudes qui les maintiennent en esclavage. Le but du système étant de contrôler l'humain en l'empoisonnant à plus ou moins grand feu.

Or, sachez que plus on mange de viande plus on devient agressif.

Quant à manger de la viande autant manger la viande élevée sainement, tuée sainement...
Parce que ce qui empoisonne notre corps ce sont aussi les toxines que la souffrance de l'animale dégage au moment d'être tué.
Donc Casher, Halal... même combat. C'est du poison, purement et simplement du poison. Et ce poison rend l'être humain agressif.
Au début le casher et le halal étaient des rituels pour se relier à l'Univers. On remerciait l'animal de nous avoir donné sa vie pour nourrir la tribus.

Vous savez pourquoi les arabes ne mangent pas de porcs j'espère ?? La base de cet manie n'est pas religieuse... Dieu n'a rien à voir la dedans.

Quant aux vitamines et aux minéraux que contiennent les fruits et légumes que vous achetez, sachez que pour la plupart ils en sont totalement dénués. Mangez 5 fruits et légumes mûris en cagettes à Carrefour et analysez les doses de vitamines et de minéraux qu'ils contiennent pour voir, et tenez moi au courant.
Si vous avez des questions profitez-en c'est le moment ou jamais, nous sommes entrés dans l'ère de la prise de conscience. Vous êtes peut-être concernées.

Un détail, on a les moyens de mesurer l'énergie vitale dans les aliments, comme en tout.

On a également les moyens de charger en énergie vitale les aliments, les boissons, les lieux...
# 07/01/2015 à 23:42 nico
Oui, l’homme est végétarien, et sa constitution le montre un peu, et sa spiritualité, beaucoup.Je suis végétarien depuis 30 ans, non par croyance, mais parce que je suis médium, et je sens les énergies de mort et de souffrance contenues dans la viande. (d’ailleurs, il n’est pas nécessaire de manger de la viande pour s’intoxiquer de ces mauvaises énergies, puisqu’elles passent dans l’air et les odeurs, donc, quand on respire l’odeur de viande en train de cuire, ces énergies noires passent en nous, personnellement, je fuis cela comme la peste, ça me donne illico une forte envie de vomir).Que chacun fasse un travail spirituel profond en lui, et il verra cela, de façon pragmatique, claire, et sans aucune ambiguité, car ce n’est en aucun cas dogmatique.Autrement, les gens qui veulent ignorer la souffrance extrême des animaux, de nos jours, ne pourront que s’en prendre à eux-mêmes quand ils souffriront durement à leur tour, puisque tout arrive par résonance = "celui qui tue par l’épée périra par l’épée", dit Jésus, sans parler du karma hindou ou bouddhiste, car c’est une règle universelle, même les tombeaux des pharaons de l’Egypte ancienne font état de cette loi naturelle.Un matérialiste athée ne comprendra pas cela, bien sûr, comme d’habitude, et c’est cela qui détruit le monde, tous les matérialistes sont main dans la main dans cette destruction, qu’ils se disent communistes, capitalistes, anarchistes ou soit-disant dissidents.Toute civilisation se bâtit avec le spirituel, et les matérialistes viennent ensuite casser ces civilisations, avec leur égoisme, leur bêtise, et leur noirceur.
# 25/10/2018 à 14:45 home cleaning services dubai (site web)
A lot of our goal is to keep up your clinic or clinic so you can focus concerning running your internet business! Our advertisement cleaning team insures every detail to assure your clinic maintains some clean not to mention professional appearance for a employees not to mention customers. Aside from commercial vacuuming services, this site offers regular good inspections for helping prevent any sort of issues; but, should a desperate arise, you can easily respond to all your needs fast. In virtually all cases, you can easily follow up with our clients’ requests inside an hour.
Répondre à ce message
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

3 petits singes